Alexandre Castant

Visions de Mandiargues

Modernité, avant-garde, expériences

Essais

Visions de Mandiargues – Modernité, avant-garde, expériences
(en collaboration avec Iwona Tokarska-Castant)
Filigranes Éditions, coll. « Essai », Trézélan, 2020, 192p.
(& 12 photographies en noir et blanc de Érik Bullot, Florence Chevallier,
Nicolas Comment, Sara Imloul, Gérard Macé, Françoise Nuñez, Muriel Pic,
Bona Pieyre de Mandiargues, Bernard Plossu et Kourtney Roy).

Dans Visions de Mandiargues, essai sur André Pieyre de Mandiargues (1909-1991), écrivain, poète, critique d’art, surréaliste de la seconde génération et auteur passionné par l’image dont il a constamment irrigué son écriture, sont d’abord invités les œuvres ou les témoignages de ses contemporains : écrivains (André Breton, Alejandra Pizarnik, William Burroughs), artistes et plasticiens (Leonor Fini, René Magritte, Wifredo Lam), photographes (Hans Bellmer, Henri Cartier-Bresson, Man Ray) ou cinéastes (Michelangelo Antonioni, Walerian Borowczyk,
Nelly Kaplan). Mais aussi, au fil de brèves liaisons imaginées et contre toute attente, apparaîtront les citations d’œuvres d’artistes contemporains dont l’univers, à de multiples égards, propose un reflet de son esthétique dans le champ de la peinture et des plasticiens (Claude Lévêque,
David Reed, Philip Taaffe), de la photographie (Martine Aballéa, Denis Roche, Hiroshi Sugimoto), de la vidéo (Kenneth Anger, Eija-Liisa Ahtila, Bill Viola), du théâtre (Jan Fabre, Jacques Vincey, Krzysztof Warlikowski) ou du cinéma (David Lynch, Raoul Ruiz, Apichatpong Weerasethakul).
Dès lors, fortes de ce nouvel éclairage, des thématiques telles que l’œuvre de Marcel Duchamp ou le baroque, l’art des jardins ou la sémiologie, l’érotisme ou la plasticité des images mentales,
la notion de genre ou celle de livre d’artiste composent Visions de Mandiargues pour approcher l’incandescente modernité de son écriture : son expérience au XXIe siècle. Enfin, des photographies, respectivement de Bernard Plossu, Bona Pieyre de Mandiargues,
Florence Chevallier, Érik Bullot, Gérard Macé, Nicolas Comment, Sara Imloul, Kourtney Roy, Muriel Pic et Françoise Nuñez, ouvrent chaque chapitre de Visions de Mandiargues comme une invitation de l’image à l’écriture qui pourrait en être l’écho.

                                                                                        A. C. & Iwona Tokarska-Castant

 

                                                                        *

Sommaire

Introduction
Visions de Mandiargues. – Modernité, avant-garde, expériences

I. Histoire

Le Belvédère Breton
Dans le siècle. – Intertextualité. – Exercices d’admiration commune
(Magritte, Marcel Duchamp, le Mexique). – Perspective critique.

Baroquisme
Le monde est un théâtre. – Rhétoriques du miroir… – Et la fusion « paradisiaque » des contraires. – Baroquisme, actualités d’un certain baroque mandiarguien.

II. Espaces

Promenade dans les jardins mandiarguiens
Telle une lanterne magique. – Où les rêves s’accomplissent dans un jardin artificiel et pittoresque. – L’observateur du jardin (du langage). – Les Monstres de Bomarzo.

Un voyage utopique, l’espace des signes
La ville est un réseau de signes. – Signaux dans La Motocyclette. – À propos de Ferrare.

III. Images

Passage, la photographie dans les écrits d’André Pieyre de Mandiargues
Henri Cartier-Bresson (1908-2004). – L’inventaire. – La mort, l’absence, l’énigme. –
Panique, histoire comparée d’un temps de la photographie et de la littérature. – Passage.

Érotique des arts visuels
La part charnelle du temps suspendu. – L’Anglais décrit dans le château fermé.

Poétique des images mentales dans Porte dévergondée (et l’art contemporain)
Image-mémoire, fragments (Le Théâtre de Pornopapas 1). – Perception-relief
(Le Théâtre de Pornopapas 2). – Hallucinations dans La Grotte. – Les métaphores de l’écran
(Sabine). – Vertiges, l’image blessée.

IV. Expériences

Camouflage, une lecture d’André Pieyre de Mandiargues
Métaphores et anamorphoses. – Reflets. – Métamorphoses. – L’art du camouflage. – Palimpsestes. – L’artifice. – Tout disparaîtra ou le testament magnifique. – Humour jaune, humour bleu.

Sigismond, le cousin (de) Pons – figures, balzaciennes, du genre et de l’anamorphose, dans La Marge
De Pisis et le Paris de Balzac. – L’androgynie (écriture, genre). – Sigismond et Sylvain. – Anamorphose et intertextualité.

L’atelier Mandiargues – note sur les éditions d’art des poésies d’André Pieyre de Mandiargues
Dans les années sordides (Leonor Fini). – Jacinthes (Alexandre Bonnier). – Croiseur noir
(Wifredo Lam). – Les Incongruités monumentales (Enrico Baj). – À la recherche des interrelations texte/image. – La Chevelure verte (Bona). – Passage de l’Égyptienne (Miró). – Le pays des couleurs. – La Nuit l’amour (Bernard Dufour). – Les Portes de craie (Pierre Alechinsky). – Dalila exaltée (Bona). – L’opposition chromatique du noir et blanc (du photographique ?)

Épilogue
Le Belvédère Mandiargues. – Passages de l’image. – Prospective.

Sources bibliographiques

Légendes et références, photographiques et bibliographiques,
des images en ouverture de chapitre

Remerciements

                                                                        *

Site internet des Éditions Filigranes :

Visions de Mandiargues